Ensemble, ou pas pantoute

 

J’écoute les discours de Greta Hunberg et comme beaucoup de citoyen.ne.s du monde, j’en suis touchée et je l’appuie. Mais, je ne peux aussi m’empêcher d’éprouver un profond malaise. Non pas face à ses discours et propos, ni face à son implication exceptionnelle. Mais plutôt face à notre propre inertie en tant qu’adultes, habitants de la Terre et menacés au même titre que toutes les espèces vivantes.

Greta harangue les dirigeants, chefs d’entreprises et décideurs afin qu’ils se décident enfin à agir face à l’urgence climatique. Elle les somme de réagir avec force et sans compromis devant la menace climatique dénoncée par des  milliers de scientifiques. Nous sommes maintenant des millions de personnes qui appuient Greta dans son combat. Avec elle, nous exigeons que ces gens prennent des mesures draconiennes pour effectuer le virage nécessaire afin de ne pas dépasser le fatidique 1,5 degrés Celsius  de réchauffement. Pour y arriver, ces leaders mondiaux et financiers devront effectuer d’énormes sacrifices politiques et financiers et donc par extension, sacrifier leur confort actuel à la hauteur de leur fortune.

Mais NOUS, nous les simples humains de cette terre. Nous, les millions de personnes qui joignons nos voix à celle de Greta pour admettre qu’il y a une crise sans précédent qui nous menace, acceptons-nous de sacrifier notre confort à la hauteur de notre propre fortune? Agissons-nous sans compromis face à cet état de crise? Je ne parle pas ici des admirables et importants efforts de zéro déchet, compostage, recyclage et autres actions. Non, je parle de décider de sacrifier nos petits conforts luxueux et polluants, par exemple : de cesser nos petits voyages dans le sud, de décider d’arrêter de prendre l’avion, de ne plus changer de voiture aux trois ans, de cesser d’acheter des vêtements neufs fabriqués de manière hyper polluante,  de ne plus contribuer à la pollution chimique en continuant d’acheter à bas prix des aliments bourrés de pesticides qui tuent la biodiversité.

Cesser de prendre l’avion? Ben voyons! Et mes vacances bien méritées? Un sacrifice bien trop gros pour réagir à cette urgence climatique, trop gros pour sauver notre seul habitat et l’avenir de nos enfants?  C’est comme si notre maison brûlait et qu’on préférait sauver notre nouveau set de cuisine plutôt que notre bébé endormi dans sa chambre. On doit admettre qu’en ce moment, nous ne valons pas mieux que nos dirigeants. Pourtant, cesser de voyager ou de consommer inutilement nous permettrait d’économiser pour acheter des produits biologiques, des vêtements fabriqués dans le respect de l’environnement ou de rénover nos maisons avec des matériau écoresponsables. Toutes des actions que plusieurs se refusent de choisir parce que cela coûte trop cher.

Certains, diront : ‘’ Je le ferais moi ce sacrifice. Mais pourquoi le ferai-je si d’autres continuent de se la couler douce.’’ Bien d’accord, j’éprouve en ce moment ce même état d’esprit. Je me sens pratiquement prête à accepter de cesser de prendre l’avion, mais si personne ne fait rien, pourquoi je me priverais. Et si la Terre est sur le point de mourir pourquoi me priver de mes derniers plaisirs alors que règne l’indifférence et l’apathie?

Et bien, pourquoi ce serait différents pour nos dirigeants? Pourquoi sacrifieraient-ils leur confort, leur position politique s’ils sont les seuls à agir? Ils devront agir TOUS ensemble, sinon à quoi bon? Personne ne souhaite être le seul à ‘’perdre’’, à sacrifier. Et surtout pas en politique ou en finance. Et si nous, nous ne leur démontrons pas avec force et sans compromis que l’on est prêts à sacrifier quelque chose, pourquoi eux bougeraient-ils? Si tous cessaient, parce exemple, de prendre l’avion pendant cinq ans, les décideurs n’auraient sans doute d’autres choix que de chercher des options, des solutions. Mais si nous continuons à prendre l’avion, pourquoi eux devraient-ils nous imposer quelque chose que nous ne sommes pas prêts à sacrifier. Que diriez-vous s’ils décidaient de rationner vos voyages, votre alimentation? La grogne monterait rapidement. C’est à NOUS à leur prouver que nous sommes prêts pour les changements drastiques que TOUS doivent faire pour sauver l’humanité et la biodiversité. Oui, les dirigeants doivent être presser d’agir par le peuple. Oui, par des manifestations mais aussi par des actions concrètes et sans compromis. Si on croit vraiment que notre avenir, ou du moins celui des générations à venir est menacé, c’est avant tout aux gens du peuple de refléter et d’agir selon leurs demandes. Si les millions de personnes qui appuient Greta se mettaient à se sentir aussi responsables que nos élus, c’est certain que les choses bougeraient.

Mais, même participer à une manifestation demande trop à certains. On a encore toutes nos bonnes excuses. Nous sommes aussi tièdes que ceux à qui s’adresse Greta. On écoute nos patrons qui disent ne pas pouvoir perdre une journée, on écoute nos chefs nous ordonner de laisser nos enfants à l’école. On leur laisse le droit d’entraver notre liberté de citoyen parce que dans le fond, ça demande moins d’efforts.

Personnellement, de plus en plus, avec ce que j’observe, j’ai envie de commencer à accepter l’évidence. La vie n’est pas éternelle, tout le monde fini par mourir un jour alors pourquoi pas TOUTE la vie d’un coup? Nous avons peut-être encore le pouvoir de rendre la vie de la biodiversité immortelle, mais en avons-nous vraiment envie? Plus que d’une voiture neuve, que d’un voyage ou d’une journée de salaire? Cela dépendra de notre envie de devenir RESPONSABLES. Et ce défi, nous ne pourrons qu’y arriver TOUS ensemble.

Marie-Claude Véziau

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s