Pourquoi nous ne passerons pas l’Halloween cette année (et peut-être plus jamais)

Depuis le début de la pandémie, plusieurs personnes se disent que cette crise, c’est l’occasion de changer. Je le crois aussi, depuis bien avant la crise, et maintenant plus que jamais. Mais que signifie changer? Si mes bas (chaussettes pour les européens!) sont sales et puent, je vais les changer. Donc, je devrai les enlever, mais aussi les remplacer par d’autres. Changer, veut dire remplacer, trouver une autre manière, un remplacement.

Est-ce que se sont juste les gouvernements et les grosses compagnies qui doivent initier ces changements? Je crois justement que non.

Je fais partie de ceux qui croient que cette crise n’est que le début de ce qui nous attend si nous ne réagissons pas avec force face aux menaces des changements climatiques et profonds déséquilibres sociaux qui s’installent. Mais que veut dire réagir avec force? Pour moi, c’est AGIR maintenant, chaque fois que je le peux.

Voir l’article original 792 mots de plus

Ensemble, ou pas pantoute

 

J’écoute les discours de Greta Hunberg et comme beaucoup de citoyen.ne.s du monde, j’en suis touchée et je l’appuie. Mais, je ne peux aussi m’empêcher d’éprouver un profond malaise. Non pas face à ses discours et propos, ni face à son implication exceptionnelle. Mais plutôt face à notre propre inertie en tant qu’adultes, habitants de la Terre et menacés au même titre que toutes les espèces vivantes.

Greta harangue les dirigeants, chefs d’entreprises et décideurs afin qu’ils se décident enfin à agir face à l’urgence climatique. Elle les somme de réagir avec force et sans compromis devant la menace climatique dénoncée par des  milliers de scientifiques. Nous sommes maintenant des millions de personnes qui appuient Greta dans son combat. Avec elle, nous exigeons que ces gens prennent des mesures draconiennes pour effectuer le virage nécessaire afin de ne pas dépasser le fatidique 1,5 degrés Celsius  de réchauffement. Pour y arriver, ces leaders mondiaux et financiers devront effectuer d’énormes sacrifices politiques et financiers et donc par extension, sacrifier leur confort actuel à la hauteur de leur fortune.

Mais NOUS, nous les simples humains de cette terre. Nous, les millions de personnes qui joignons nos voix à celle de Greta pour admettre qu’il y a une crise sans précédent qui nous menace, acceptons-nous de sacrifier notre confort à la hauteur de notre propre fortune? Agissons-nous sans compromis face à cet état de crise? Je ne parle pas ici des admirables et importants efforts de zéro déchet, compostage, recyclage et autres actions. Non, je parle de décider de sacrifier nos petits conforts luxueux et polluants, par exemple : de cesser nos petits voyages dans le sud, de décider d’arrêter de prendre l’avion, de ne plus changer de voiture aux trois ans, de cesser d’acheter des vêtements neufs fabriqués de manière hyper polluante,  de ne plus contribuer à la pollution chimique en continuant d’acheter à bas prix des aliments bourrés de pesticides qui tuent la biodiversité.

Cesser de prendre l’avion? Ben voyons! Et mes vacances bien méritées? Un sacrifice bien trop gros pour réagir à cette urgence climatique, trop gros pour sauver notre seul habitat et l’avenir de nos enfants?  C’est comme si notre maison brûlait et qu’on préférait sauver notre nouveau set de cuisine plutôt que notre bébé endormi dans sa chambre. On doit admettre qu’en ce moment, nous ne valons pas mieux que nos dirigeants. Pourtant, cesser de voyager ou de consommer inutilement nous permettrait d’économiser pour acheter des produits biologiques, des vêtements fabriqués dans le respect de l’environnement ou de rénover nos maisons avec des matériau écoresponsables. Toutes des actions que plusieurs se refusent de choisir parce que cela coûte trop cher.

Certains, diront : ‘’ Je le ferais moi ce sacrifice. Mais pourquoi le ferai-je si d’autres continuent de se la couler douce.’’ Bien d’accord, j’éprouve en ce moment ce même état d’esprit. Je me sens pratiquement prête à accepter de cesser de prendre l’avion, mais si personne ne fait rien, pourquoi je me priverais. Et si la Terre est sur le point de mourir pourquoi me priver de mes derniers plaisirs alors que règne l’indifférence et l’apathie?

Et bien, pourquoi ce serait différents pour nos dirigeants? Pourquoi sacrifieraient-ils leur confort, leur position politique s’ils sont les seuls à agir? Ils devront agir TOUS ensemble, sinon à quoi bon? Personne ne souhaite être le seul à ‘’perdre’’, à sacrifier. Et surtout pas en politique ou en finance. Et si nous, nous ne leur démontrons pas avec force et sans compromis que l’on est prêts à sacrifier quelque chose, pourquoi eux bougeraient-ils? Si tous cessaient, parce exemple, de prendre l’avion pendant cinq ans, les décideurs n’auraient sans doute d’autres choix que de chercher des options, des solutions. Mais si nous continuons à prendre l’avion, pourquoi eux devraient-ils nous imposer quelque chose que nous ne sommes pas prêts à sacrifier. Que diriez-vous s’ils décidaient de rationner vos voyages, votre alimentation? La grogne monterait rapidement. C’est à NOUS à leur prouver que nous sommes prêts pour les changements drastiques que TOUS doivent faire pour sauver l’humanité et la biodiversité. Oui, les dirigeants doivent être presser d’agir par le peuple. Oui, par des manifestations mais aussi par des actions concrètes et sans compromis. Si on croit vraiment que notre avenir, ou du moins celui des générations à venir est menacé, c’est avant tout aux gens du peuple de refléter et d’agir selon leurs demandes. Si les millions de personnes qui appuient Greta se mettaient à se sentir aussi responsables que nos élus, c’est certain que les choses bougeraient.

Mais, même participer à une manifestation demande trop à certains. On a encore toutes nos bonnes excuses. Nous sommes aussi tièdes que ceux à qui s’adresse Greta. On écoute nos patrons qui disent ne pas pouvoir perdre une journée, on écoute nos chefs nous ordonner de laisser nos enfants à l’école. On leur laisse le droit d’entraver notre liberté de citoyen parce que dans le fond, ça demande moins d’efforts.

Personnellement, de plus en plus, avec ce que j’observe, j’ai envie de commencer à accepter l’évidence. La vie n’est pas éternelle, tout le monde fini par mourir un jour alors pourquoi pas TOUTE la vie d’un coup? Nous avons peut-être encore le pouvoir de rendre la vie de la biodiversité immortelle, mais en avons-nous vraiment envie? Plus que d’une voiture neuve, que d’un voyage ou d’une journée de salaire? Cela dépendra de notre envie de devenir RESPONSABLES. Et ce défi, nous ne pourrons qu’y arriver TOUS ensemble.

Marie-Claude Véziau

 

Mythique présence animale

Sur la route du parc, des voitures immobilisées. J’arrête aussi et un homme est tout heureux de me montrer les animaux que tous observent. À l’orée de la forêt, deux orignaux. Je sors de ma voiture. Quand les autres véhicules commencent à partir une à une, je reste seule à observer ces deux imposantes bêtes qui dégustent des feuilles tranquillement, longuement. Un des deux orignaux me fixe sans bouger.

Un flash…

Lire la suite

Extrait no 1 du livre Tout peut changer

Le livre Tout peut changer – Capitalisme et changement climatique.

Extrait no 1 du livre Tout peut changer

Ce  livre est documenté avec sérieux par une journaliste canadienne réputée, Naomi Klein.

Ce livre, chacun de nous devrait le lire.

Ne serait-ce que pour comprendre les enjeux économiques et politiques derrière le manque d’implication de nos gouvernements. Le lire aussi pour découvrir le pouvoir que chacun de nous pouvons déployer pour changer le cours de notre histoire si nous le décidons. Un livre qui fait mal par les faits démontrés, mais qui apporte aussi des solutions faisables et réalistes. S’informer pour mieux comprendre, s’indigner et se mettre en mouvement vers le changement. Lire la suite

Favoriser l’émergence de l’identité écologique des enfants

« Si nous souhaitons que les enfants s’épanouissent en développant leur sens des responsabilités et leur pouvoir à agir sur leur environnement (empowerment), il faut leur permettre d’apprendre à aimer la Terre avant de leur demander de la sauver. » Cette affirmation de l’éducateur David Sobel, qui a travaillé à développer la philosophie de la « place-based education » résonne beaucoup en moi.

Voir l’article original 1 519 mots de plus

Un premier témoignage

Je partage aujourd’hui le premier témoignage reçu pour ma section collaborative du blogue. Linda Krikorian-Véziau a gentiment brisé la glace en m’envoyant un texte sur sa réflexion personnelle concernant l’avenir de la planète ainsi qu’un montage vidéo réalisé par elle-même pour rendre hommage à la nature.

Linda Krikorian-Véziau

Mme Linda Krikorian-Véziau, actrice du changement

En partageant nos visions, nous verrons bien que nous ne sommes pas seuls et que c’est ensemble que nous avancerons vers un avenir rempli d’espoir et de changements positifs.

Alors je laisse la parole à Mme Krikorian-Véziau:

« Voici en images ma petite participation à l’éveil des consciences au sujet de notre Planète…de ce qu’elle y renferme qui nous est vital : LA NATURE avec sa faune et sa flore. Il faut prendre conscience au plus profond de soi que notre Terre est fragile malgré sa puissance. La vie est fragile, elle ne tient qu’à un fil et tout est relié sur notre Planète. Nous sommes dépendants de l’air que nous respirons, de l’eau que nous devons boire pour rester en vie…De petites actions ou de grandes actions peuvent être menées tous les jours…mais une grande SOLIDARITÉ doit exister avant toute chose entre les êtres humains pour arriver à un résultat significatif. Le changement est dans les mains de chacun..

Lien vers sa vidéo.

Merci beaucoup pour votre participation Mme Krikorian-Véziau et ce texte bref mais fort inspirant.

Au plaisir de lire d’autre textes!

 

Sortir du placard à propos des changements climatiques

J’ai crée mon nouveau blogue Tout peut changer parce que je ne peux plus me taire. J’ai besoin de m’exprimer et de prendre position sur le sujet des changements climatiques. J’ai envie de faire ma part de colibri, comme le suggère si joliment Pierre Rhabi, un homme inspirant initiateur du Mouvement Colibri. Même si ce n’est pas facile, même si la gêne d’aborder un sujet si controversé qui dérange notre conscience me fait un peu peur. Mais je sens que je dois le faire parce que ce sujet m’habite et me passionne. Mon cœur et ma conscience me poussent à me mouiller.

Mais je n’ai pas crée ce blogue pour faire la morale, ni accentuer ce sentiment d’impuissance qui nous visite tous lorsque le sujet est abordé. Je souhaite au contraire, transcender ce sentiment qui nous paralyse souvent afin de participer au mouvement créateur de solutions qui nous permettra de découvrir et d’affirmer ce pouvoir qui est en nous.

J’ai donc crée ce blogue pour partager toutes les petites gouttes d’eau que je découvre sur les médias sociaux ou ailleurs et qui s’ajoutent chaque jour aux efforts de centaines de milliers d’humains qui se sentent concernés par les changements climatiques.

J’ai surtout crée ce blogue pour partager et résumer ma lecture d’un livre que je considère PRIMORDIAL dans le chemin de la réflexion sur la Transition vers le changement qui contribuera à freiner les changements climatiques, un livre qui a inspiré le titre de mon blogue: Tout peut changer. Capitalisme et changement climatique de la journaliste canadienne réputé Naomi Klein. Un livre éclairant, qui explique autant les enjeux politiques et économiques que les options positives et réalistes que nous pouvons adopter pour éviter le pire.

Depuis longtemps je me sens concernée par les changements climatiques. Depuis que les scientifiques ont commencés à en parler. Mais depuis peu, grâce aux médias sociaux, j’ai pu découvrir et faire partie de communautés de gens qui œuvrent à se changer soi-même pour faire partie de la solution. Des gens qui tentent d’atteindre le zéro déchet, qui se convertissent au minimalisme, au veganisme, à l’auto-suffisance, etc. Des gens qui travaillent sur soi pour se changer d’abord. Sur mon chemin de découvertes, j’ai croisé des gens qui font des documentaires percutants de signaux d’alarme mais aussi de solutions créatives pour stopper le drame qui pèse sur nous tous. J’ai rencontré des scientifiques qui à 97% font consensus pour nous avertir de l’urgence d’agir pour éviter le pire. Un drame réel que nous semblons tous vivre comme si nous écoutions un film au cinéma.  Un drame tellement effrayant qu’il nous pousse à fermer notre cœur parce que l’on se sent inutile. Pourquoi?

Parce que 1% de gens sur la terre ont réussi à semer le doute dans les populations. 1% d’humains qui possèdent le pouvoir, les richesses, les multinationales qui dévorent les ressources de notre planète et qui ont convaincu 3% des scientifiques de les aider à jeter la confusion dans nos esprits. Afin de ne pas déstabiliser le système qui leur donne leur pouvoir: le capitalisme.

J’ai donné à mon blogue le titre du livre qui m’inspire le plus dans ma démarche pour comprendre les enjeux des changements climatiques. Ce livre qui est TROP important. Ce livre que trop peu de gens liront parce qu’il est ardu à lire et que le temps manque à tous en notre époque étourdissante. Ce livre que tout le monde devrait lire pour avoir le droit de s’indigner. Parce que nous allons tous devoir nous indigner si nous voulons survivre et protéger la planète Terre. Nous n’avons pas le choix. À moins d’accepter la défaite avant même d’avoir tenté de jouer le tout pour le tout. Comprendre ce que les médias populaires ne nous racontent pas, connaître ce qui se joue dans notre dos, s’expliquer à soi-même pourquoi nous semblons si indifférents et amorphes devant ce drame réel qui nous concerne tous. Comprendre pour pouvoir exiger le changement.

J’ai donc crée ce blogue pour pouvoir partager mes lectures de ce livre avec vous. Page après page. Chapitre après chapitre. Parce que je me doute bien que vous n’aurez pas le temps de le lire et que je trouve tellement important d’en faire connaitre le contenu.

J’ai aussi crée ce blogue pour partager tout ce que je découvre et dont je trouve que l’on parle si peu dans les médias: les actions positives entreprises pour faire partie du changement, les communautés qui naissent du désir de vivre autrement, les nouvelles technologies créatives pour diminuer notre empreinte écologique, les acteurs et actrices du changement qui sont inspirants et tous ceux qui choisissent cette voie dans la simplicité. Bref, partager tout ce qui concerne les changements climatiques et les moyens de participer aux efforts de milliers d’humains dont le but est de gagner contre le compte à rebours qui ne donne que 10 ou 20 ans aux habitants de la planète pour réagir avant qu’il ne soit trop tard. 10 ou 20 ans! C’est si peu. Rien d’autre ne devrait nous distraire de ce délai qui appelle à l’action immédiate. Et le pire, c’est que si nous réussissons, les sceptiques pourront dire: « Vous voyez, rien n’est arrivé »!!!

Finalement, j’ai aussi crée ce blogue pour proposer à tous ceux qui ont envie de partager un écrit sur le sujet, puisse le faire via mon blogue en me proposant des articles (en me contactant via le formulaire de contact). Car pour moi qui suis passionnée par le sujet, le plus important est le partage et la propagation des idées afin qu’ensemble nous nous inspirions pour réaliser le plus grand défi que les êtres humains ont eu à surmonter: sauver leur propre habitat de la catastrophe qu’il ne faut plus nier.

J’y crois moi à l’être humain et Ô combien il sera lumineux quand il aura su relever le défi qui se présente à lui en cette époque charnière dans notre histoire.

J’y crois et c’est ensemble que nous y arriverons.

Marie-Claude, actrice du changement